Préambule

 

Profession en émergence caractérisée par un très fort niveau concurrentiel, une évolution rapide et constante des techniques, des technologies et des marchés, des niveaux d’investissement élevés et le caractère de service de ses activités, le secteur des télécommunications se doit de répondre à l’ensemble des défis qui s’offrent aujourd’hui aux entreprises en matière d’emploi.

Les signataires du présent accord conviennent d’aborder les dispositions relatives à l’aménagement et à la réduction du temps de travail pour favoriser l’emploi au sein des entreprises de la branche. Pour ce faire, toutes les dispositions du présent accord ont pour objectif de promouvoir les dispositifs d’organisation du travail, facteurs de création d’emplois stables.

Afin que les efforts ainsi faits en matière d’emploi, revêtent un caractère stable et durable, ils seront accompagnés par une adaptation concertée des organisations du travail dans le but à la fois de permettre le développement et le maintien de la compétitivité des entreprises du secteur, de prendre en compte les évolutions des techniques, des technologies et des marchés et de favoriser l’amélioration de vie et de travail des salariés

Qu’il s’agisse d’emplois préservés ou créés, les signataires s’accordent à considérer que chaque fois que cela est possible, les catégories les plus fragilisées ( jeunes, handicapés, demandeurs d’emploi de longue durée…) devront faire l’objet de la plus grande attention en vue de leur insertion ou de leur réinsertion.

En outre, les parties signataires s’accordent sur la nécessité d’associer politique de l’emploi et politique de formation en vue de maintenir en permanence le niveau des compétences professionnelles des personnels en fonction des besoins et des évolutions du secteur et permettre ainsi à chacun d’accéder au cours de sa vie professionnelle aux emplois lui correspondant le mieux.

La mise en œuvre du présent accord ne remettra pas en cause en tant que telle les dispositions plus favorables aux salariés qui auraient été prises antérieurement par accord d’entreprise ou même sous le régime d’une convention de branche différente ou qui résulteraient des usages en vigueur dans l’entreprise.